Aux petits mots les grands remèdes

9.10.16








Michaël Uras 
384 pages 
Editions Préludes 













Synopsis. 


Alex a choisi d'exercer un métier peu commun : bibliothérapeute. 
Il tente de soulager les maux de ses patients grâce à la littérature. Parmi eux, Yann, un adolescent malmené à l'école, qui refuse de s'ouvrir au monde, le cynique Robert Chapman, étouffé par son travail, qui a oublié comment parler à sa femme et Anthony Polstra, le célèbre joueur de foot qui refuse de s'avouer certaines de ses passions.
Mais si Alex se montre doué dans sa profession, il doit bien reconnaître que sa vie privée laisse à désirer...
La littérature pourra-t-elle aider le bibliothérapeute lui-même ?
La clef du bonheur se trouve-t-elle entre les lignes des ouvrages qu'il a tant aimés ?
En convoquant les auteurs qui ont compté, Michaël Uras propose sous une plume vive et légère, une histoire revigorante et moderne qui rend hommage aux mots, ceux des autres, ou ceux que chante notre petite musique intérieure.



Avis. 


Encore une fois un grand grand merci au site NetGalley ainsi qu’aux éditions Préludes de m’avoir permis de découverte ce roman. 

" J'écrivis un texto, le meilleur moyen de se rapprocher sans se rapprocher."

Lorsque j’ai lu le résumé j’ai tout de suite voulu en savoir plus : la bibliothérapie, autrement dit soigner grâce aux livres, à la littérature. Nous suivons Alex qui est bibliothérapeute et tout particulièrement trois patients, Yann un jeune adolescent qui n’a pas une vie très joyeuse ; Robert Chapman qui est constamment en train de travailler et n’a plus de temps pour sa femme ; et enfin Anthony Polstra un célèbre sportif. 

" L'encre est le liquide le plus cher du monde. Le vrai or noir. L'or de toutes les couleurs."

Alex ne vit que pour les livres, il ne pense qu’à ça, il identifie chaque moments de sa vie a un roman, une citation, un personnage. J’ai aimé apprendre à connaître ce personnage très particulier, j’ai appris à le comprendre, à l’apprécier. Pour tout vous dire je ne savais pas que la bibliothérapie existait j’ai donc trouvé ça extrêmement intéressant. J’ai aussi aimé le fait de voir que même si un thérapeute passe ses journées a aider les personnes a aller de l’avant, aller mieux ; eux-mêmes ont des problèmes, des peines, des soucis. 

" L'amitié est une présence, un contact. S'effleurer, rire, voir l'autre dans ses moindres détails."

J’ai très souvent pensé que les livres pouvaient aider de nombreuses personnes et lire ce roman m’a une nouvelle fois convaincue. J’ai trouvé la plume de l’auteur très juste, douce, je me suis laissée emporté par ce qu’il avait à me raconter, je n’ai même pas vue les pages défiler. 

" Les livres ne peuvent pas tout, mais ils accompagnent ceux qui ont besoin d'une dose d'imaginaire pour s'extirper du réel."

C’est un roman qui saura plaire aux amoureux des livres. Un contemporain qui a su me charmer. Une lecture légère mais qui aborde de très nombreux thèmes assez complexe et qui nous pousse à de nombreuses réflexions. 

" Parfois, la vie est rattrapée par la littérature. Peut-être parce que tout a été écrit. Peut-être parque de plus en plus de gens écrivent. Il y a des millions d'auteurs et des milliers de lecteurs."





2 commentaires:

  1. Tiens moi j'ai suivie des cours d'art thérapie à la fac :) Il a l'air chouette ce bouquin, je le note dans ma wishlist ! Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer